INTERVIEW . Nairone

1

Le travail de Nairone nous a littéralement scotchés. C’est pour cette raison que nous n’avons pas hésité une seule seconde à lui poser quelques questions. C’est avec grand plaisir que nous vous proposons de découvrir  le travail du jeune et talentueux Nairone à travers cette interview.

Salut, Nairone ! Peux-tu te présenter, toi, ton parcours ?
Nairone, 20 ans. Installé à Paris depuis peu.
Illustrateur, graphiste, webdesigner et j’fais d’la photo quand il le faut.

D’où vient le nom « Nairone » ?
Longue histoire de mon prénom remixé et le « One » vient du graffiti.

A quel moment as-tu voulu te lancer dans le graphisme ?
Pas de moment précis en tête, tout s’est fait naturellement. J’ai d’abord commencé le dessin très jeune, comme tous les enfants. Mais c’est grâce à mon père qui s’impliquait et me conseillait que j’ai en partie continué. S’en suit la période graffiti qui m’a fait toucher à toutes sortes de typographies (jusque la plus classique). À force de dessiner, j’ai trouvé logique de mettre mes travaux sur le net. C’est à ce moment que j’ai aussi pris goût au webdesign et que j’ai rencontré mon binôme Devlart (développeur).

As-tu une manière précise de travailler ?
Ton approche est-elle la même pour tous tes projets ?
J’ai pas de plan systématique, je travaille à l’envie. Pour l’illustration j’avoue suivre un léger processus qui s’est installé au fur et à mesure des réa. Par exemple, je me base essentiellement sur ce que je vois, ce que j’entends, c’que je vie. Il m’arrive de lister toutes les choses intéressantes que je croise qui pourraient figurer au rotring sur un boulot.

En ce qui concerne la mise en page etc, je pense qu’il est inutile de préciser que je prend mon pied à tout détruire (que ce soit l’objet ou le visuel en lui-même). Mais je ne fais pas que ça, par exemple j’ai récemment essayé le dessin d’observation pour les t-shirts du projet rap « Le singe fume sa cigarette » ou j’ai fait la DA complète. (Big up à eux).

En ce qui concerne le webdesign je suis plus cool avec moi-même. Je veux dire que je n’ai pas de procédé à proprement parler. Je ne m’impose aucun croquis, aucune contrainte. La meilleure des méthodes d’après moi (et celle que je suis) reste d’ouvrir photoshop et de tester tout et n’importe quoi.

Quelles sont tes influences ?
La rue, le skate, le rap, les shlags et les tags.

Admires – tu le travail d’un artiste en particulier ? Quels sont tes sites de veille ?
J’avoue passer beaucoup de temps à regarder c’qui se passe sur Dribbble niveau webdesign & cie.
Sinon pour être précis, je dirais que j’admire énormément le travail de l’artiste Arman (précisemment « Les colères d’Arman »).

As tu une préférences pour les projets de webdesign, d’identité visuelle ou les travaux réalisés à la main ?

En ce qui me concerne je préfère les travaux réalisés manuellement. J’ai l’impression d’investir plus de travail et de moi-même dans un dessin que je touche, que je transporte avec moi et sur lequel je passe énormément de temps. Inutile de préciser que j’adore également créer, inventer des logotypes et des webdesign.

Peux – tu nous faire partager un son et une vidéo que tu apprécies en ce moment ?
Pour le son :

Pour la vidéo (j’en suis dingue depuis mes 9 ans) :

 

On te laisse le mot de la fin …

Gros up & merci à YRC MAG.

PORTFOLIO  |  FACEBOOK  |  TWITTER