INTERVIEW . Atomike

0

Salut Mike Stefanini, Peux – tu te présenter, toi, ton parcours ?
Je suis un gars comme les autres qui a beaucoup de chance de pouvoir faire un métier pas vraiment essentiel à la survie de l’espèce humaine. Et ça fait tellement longtemps que je fais des images, que même ma carte 12-25 est périmée depuis longtemps.

D’où vient le nom de Atomike Studio ? Une anecdote ?
Hum… erreur de jeunesse ? Ouaip, à la base c’est un jeu de mot pourri dont seul Bruno Mazure et moi avons le secret : Mike / Atomique = AtoMike voilà c’est bon vous êtes content, je me suis bien humilié ?

A quel moment as-tu voulu te lancer dans le graphisme ?
En fait je savais même pas encore comment ça s’appelait, mais quand les autres dessinaient des châteaux forts, moi je dessinais déjà mes propres logos, des hamburgers, j’inventais des noms tout ça. Ça te donne un bon indice.

Tes influences sont la culture US, les voitures rétro en as tu d’autres ? Aimerais-tu t’orienter vers d’autres secteurs et sources d’inspirations ? Oui j’ai une infinité de sources d’inspiration et ça change tout le temps, parce que j’ai tout le temps soif de découvrir des univers. En ce moment, je collectionne les vieux jeux de société. J’adore les couleurs, les mises en scènes photo de la famille parfaite en col roulé, les logos… Je m’intéresse également aux mangas en ce moment alors que c’est pas du tout ma culture à la base. Les japonais ont une capacité dingue à créer des ambiances avec très peu de choses, tous les éléments type lumière, fumées, vitesse sont très graphiques et je puise mon inspiration dans des anim comme Akira ou Ghost in the shell.

Admires-tu le travail d’un artiste en particulier ? Quels sont tes sites de veille ?
Je suis fan de Wes Anderson, parce qu’il le dit lui-même, il est tellement obsédé par l’idée que ses films vieillissent mal, qu’il les « vintagise » d’office. Et ses décors font partie intégrante du sentiment dramatique. C’est intéressant je trouve.

Il y a Plastic Bionic http://www.plasticbionic.com/ qui est en train d’inventer un vocabulaire graphique très innovant.
I love dust http://ilovedust.com/
Et aussi http://lostfoundfilms.com/ très inspirant, ils sont doués pour capter des ambiances.
DKNG http://www.dkngstudios.com/ Et bien sûr Bill Murray mais c’est une autre histoire.

As-tu déjà eu la volonté de travailler au Etats-Unis suite à ton influence US ? Mon pauvre si tu savais. Je n’y suis jamais allé. Du coup, je fantasme complètement les U.S, à travers les films comme un ado qui a besoin de s’évader. J’ai reconstitué un peu les ambiances de films dans mon studio, c’est un peu Pulp Fiction ici. Mais en même temps, je trouve que c’est une position intéressante. Je vois ça à travers les yeux d’un français qui voudrait bien être là bas, et ça se ressent dans mes illustrations avec un peu d’humour. Si tu savais le nombre de fois que je suis allé à Brooklyn en mode piéton avec Google Earth… Mais je ne voudrais pas y vivre. J’aime trop la France.



As – tu une manière, des étapes précises de travail ? Quel sont tes outils de création ? Ton approche est-elle la même pour tous tes projets ? Je ne sais jamais trop quoi répondre à cette question parce que je ne m’en rends même plus compte. J’ai une idée le matin alors que je suis même pas encore bien réveillé, et je cherche par tous les moyen à lui donner vie. Les moyens technique sont secondaires. Mon meilleur outil c’est ma tête, je peux commencer à dessiner mentalement, choisir des couleurs et après hop le reste suis naturellement.

Je suppose que tu as des projets pro qui t’inspirent plus que d’autres ? Quels sont-ils ?
Ce qui m’inspire le plus c’est de faire des choses nouvelles. Mais j’aime l’illustration, la photographie, faire des magazines… J’aimerais faire des choses qui ont du sens, mais ça arrive rarement en fait.

Parfois je m’interroge sur le réel sens de tout ce cirque, les concours de like, les faux rebelles, le marketing. On produit des images pour qui pour quoi ? J’aime beaucoup le travail de Shepard Feirey par exemple. Mais entre nous, vous croyez vraiment que ce gars est un rebelle ? Il fait des Tee shirt, il a une stratégie marketing de folie, une usine immense, gagne de l’argent. Ce n’est pas un rebelle, c’est une marque comme les autres !

Nous venons de découvrir tes nouvelles créations « We are The 90’s », « La Tamponneuse » … As tu d’autres projets sur le feu, et à venir ? 
Oui ! Il y a des tas de choses en préparation, des projets très nouveaux justement, plus de collaborations, et des projets à travers lesquels j’affirme de plus en plus mon style qui on va dire est PoPsitif !


Tu as pas mal de projets personnels délirants comme celui « Juste Faisez-le » que tu viens de sortir ou « j’ai un petit creux » tous ces projets aboutissent finalement ou as tu des créations qui finissent « au placard » ?
Le projet « J’aime le France » va évoluer, j’aimerais les sortir en cartes postales, et peut-être solliciter d’autres graphistes. L’idée c’est de revenir à des slogans simples, drôles, qui peuvent s’afficher partout, et qui sont une sorte de déclaration d’amour à la France. Une manière gentille de remettre en question certaines idées reçues. Pour les autres projets personnels, je pense que c’est important de donner très vite forme aux idées qui me passent par la tête, sinon j’oublie, ou je suis rattrapé par le vrai travail. C’est une manière d’exister aussi en dehors du rapport très mercantile graphiste / client.

Notorious est le magazine dont tu es le fondateur ?! D’ où est venue cette idée de création ? Non, pas du tout. C’est le projet d’un ami, André, qui est visionnaire et qui a une confiance aveugle en moi au point de voir la maquette que quelques jours avant son impression ! Ce mec est en or ! Du coup moi je me lâche, et j’y met mes tripes, et je suis très impliqué dans le projet, pas seulement la direction artistique.

Tu as une préférence entre des projets print et web ? Que penses-tu de l’avenir du print ? Je ne sais pas trop. Les deux sont nécessaires. Les deux sont passionnants. Le print, c’est matériel, et en ce sens, je pense que ça restera quelque chose de noble et qui disparaîtra moins vite que les images sur le web.

Tu as eu une interview pour From Paris, la reconnaissance dans ton travail est importante pour toi ? Une nécessité pour évoluer ? La reconnaissance motive pour faire plus, mieux et permet d’avoir accès à d’autres opportunités. Après, ça va quoi, je fais des images, je sauve pas des vies non plus. Et moi je suis d’abord un prestataire qui a besoin de travailler, avant d’être éventuellement un artiste. Ce qui m’intéresse, c’est d’avancer, de bosser, de faire des projets intéressants, d’apprendre, de rencontrer des gens, de relever des défis…

Tu aurais un conseil à donner aux graphistes qui veulent se lancer ? Cherchez à être le petit poisson dans la mer, plutôt que le plus gros poisson de la mare. Et ne pas se prendre trop au sérieux non plus.

Peux-tu nous faire partager un son et une vidéo que t’apprécies en ce moment ?http://vimeo.com/user1136850

On te laisse le mot de la fin …

Juste Faisez-le ! ; )

Merci à vous

www.atomike-studio.com